gs1-neton-header-10.jpg

GTIN et pharmacode – Pourquoi faut-il les deux?

Le Global Trade Item Number (GTIN) est un standard valable dans le monde entier pour l’identification et le marquage de produits. Le GTIN est également largement répandu dans le système de santé. Le pharmacode est une clé unique primaire pour une entrée dans la base de données INDEX avec le GTIN correspondant. Il faut donc les deux.

Le GTIN prend une importance croissante à travers le monde dans la santé publique. Il permet l’identification unique de médicaments, de produits médicaux et d’autres marchandises. Tous les GTIN connus sont également enregistrés dans la banque de données INDEX de HCI Solutions comme clés d’identification alternatives. En plus, le GTIN constitue la base des processus d’affaires automatisés et numérisés dans le domaine de la santé publique. Ainsi, le GTIN joue aussi un rôle important dans l’introduction de eHealth.

Le GTIN est non seulement un identificateur virtuel dans les banques de données et les systèmes, il est aussi imprimé physiquement dans un codebarres comme support de données sur le produit et tous les niveaux d’emballage, et il est disponible sous forme lisible par l’homme et la machine pour les processus consécutifs de tous les partenaires concernés.

Propagation du GTIN dans le système de santé publique
La statistique de la fondation refdata signale qu’en septembre 2020, plus de 97 % des médicaments des listes A à E homologués par Swissmedic sont identifiés avec un GTIN et repérés de manière correspondante avec un codebarres. Selon la banque de données américaine Global Unique Device Identification Database (GUDID), 87 % des plus de 2,6 millions de produits médicaux sont identifiés avec un GTIN au 30 août 2020.

Par contre, sur les produits non pharmaceutiques dans les gammes de produits en pharmacie et droguerie, le taux de repérage par GTIN n’est que de 86 %. Il est certain que le manque de disposition des fabricants à accepter le marquage conforme à GS1 et le manque de pression du marché jouent un rôle prépondérant. Pour sécuriser le fonctionnement des systèmes en cas de GTIN manquants, le pharmacode sert de solution de repli.

Le pharmacode
Grâce au taux de couverture élevé, à l’actualité, la qualité ainsi qu’à l’utilité pratique, les données INDEX de HCI Solutions sont établies sur le marché suisse de la santé depuis plus de 30 ans, chaque produit étant identifié par au moins un pharmacode. Le pharmacode est attribué selon des directives homogènes et il relie toutes les données utiles à la pratique. La banque de données contient toutes les informations complémentaires pour environ 300 000 articles suisses, qui sont importantes pour l’administration, la vente et l’utilisation des articles.

Pour une identification très rapide et simple, chaque entrée dans la banque de données a son propre numéro de ligne. Pour des raisons techniques c’est le pharmacode. D’une part le numéro de ligne est nécessaire pour sécuriser la cohérence de la banque de données, d’autre part certains articles n’ont pas encore de GTIN pour différentes raisons, comme les produits médicaux, les tissus humains ou le sang. La plupart du temps ces produits sont identifiés et repérés avec d’autres clés d’identification; en cas de besoin le pharmacode sert de solution de repli.

Pour obtenir une référence unique avec une clé également normalisée au niveau international, GS1 Switzerland et HCI Solutions AG collaborent depuis longtemps pour compléter de manière aussi intégrale que possible le pharmacode avec le GTIN établi dans le monde entier. Un GTIN est attribué à chaque pharmacode.

Valeur ajoutée pour le GTIN et le code-barres
L’avantage de l’identification du produit au moyen du GTIN et du marquage physique à l’aide du code-barres réside dans le fait qu’une numérisation des processus est rendue possible à toutes les étapes. L’attribution du GTIN suit les règles d’attribution adoptées dans le monde entier, qui soutiennent toutes les hiérarchies d’emballage. Ces règles précisent non seulement comment identifier un emballage primaire, mais aussi un paquet du même médicament jusqu’au carton d’emballage.

La mise en application de ces règles assiste d’une part la sécurité du patient et d’autre part l’optimisation de la gestion des stocks. En plus, elles constituent la base d’une traçabilité en continu du fabricant jusqu’au patient, et elles contribuent à rendre la supply chain plus sûre dans le domaine de la santé. Et voici comment cela fonctionne. Chaque produit est identifié avec son propre GTIN à chaque niveau d’emballage, ce qui permet de représenter la hiérarchie des emballages qui sera dissoute lors du déballage. L’identification avec codes-barres des emballages primaires et secondaires permettent un processus d’administration assisté par le numérique et donc moins sujet aux erreurs.

Le marquage de l’emballage secondaire est important pour la vente de médicaments en pharmacie et dans les drogueries. Il permet l’utilisation de systèmes POS avec scanner. Les emballages tertiaires sont utilisés dans la logistique. Les données de base comportent des informations concernant les niveaux d’emballages qu’ils contiennent, et qui peuvent ainsi être utilisées dans les processus ultérieurs.

GS1 DataMatrix pour la santé publique
Le règlement délégué (UE) 2016/161 sur l’extension de la directive sur les caractéristiques de sécurité sur les emballages des médicaments, la Medical Device Regulation européenne (MDR), qui a été adoptée dans le droit suisse, et les efforts du commerce de détail pour mettre en oeuvre des supports de données bidimensionnels sur le point de vente, fournissent un précieux bénéfice supplémentaire.

Dans un proche avenir, les produits seront repérés avec des codes-barres bidimensionnels. Contrairement aux codes-barres EAN-13 classiques aujourd’hui, le DataMatrix GS1 permet de représenter d’autres attributs comme la date de péremption, le lot et le numéro de série. Ces informations complémentaires importantes facilitent l’inventaire, simplifient le contrôle des dates de péremption et préviennent ainsi la vente en pharmacie ou en droguerie d’un produit périmé.

Le numéro de série sur l’emballage secondaire est un élément essentiel des caractéristiques de sécurité des emballages de médicaments, qui doivent empêcher l’apparition de contrefaçons dans la supply chain régulière. Cependant avant que tous les systèmes POS puissent lire et traiter le DataMatrix de GS1, les emballages seront repérés pendant une phase de transition par les deux types de codes-barres. Ceci assure un changement de technologie sans accrocs.

Pas de systèmes propriétaires
Je souhaite terminer cet article avec un appel aux pharmaciens et aux droguistes, qui interrompent sans en avoir conscience la traçabilité dans la supply chain. J’ai déjà souvent acheté des médicaments en vente libre dans des pharmacies. J’ai dû constater avec étonnement que le code-barres apposé par le fabricant avait été recouvert par un code-barres propriétaire. Ceci est contre-productif et devrait si possible être abandonné, car cela complique la traçabilité du produit du fabricant jusqu’au patient. À l’inverse, les standards GS1 apportent une réelle valeur ajoutée, car ils sont devenus indispensables dans le domaine de la santé publique.

Roland Weibel

Informations complémentaires
GS1 Switzerland
Roland Weibel
Manager Industry Engagement
Healthcare
Tél. +41 (0)58 800 72 23
Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!
www.gs1.ch/healthcare

Nach oben