gs1-neton-header-08.jpg

50ème anniversaire du Global Trade Item Number

Plusieurs réalisations fêtent en même temps cette année leur cinquantième anniversaire. On compte l’e-mail, le Global Trade Item Number, le droit de vote des femmes en Suisse et l’émission «La souris souriante». Elles ont toutes été créées en 1971, elles servent à communiquer, transmettent la connaissance et posent la participation au centre de cette base. Toutes ont modifié durablement le monde à leur manière. 

Aujourd’hui on envoie des mails, on scanne et le droit de vote des femmes en Suisse est aussi naturel que l’émission «La souris souriante», qui répond aux questions des enfants avec des histoires pour rire et pour s’instruire. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

Vous avez un message
Il y a 50 ans, on a demandé à l’informaticien Ray Tomlinson de développer l’Arpanet – l’ancêtre de l’Internet. Pour cela il a développé un protocole qui permettait d’envoyer des fichiers entre différents systèmes informatiques. Il a combiné les programmes SNDMSG et CPYNET dans un programme propre. Pour pouvoir différencier le destinataire et l’ordinateur, Tomlinson a choisi comme signe univoque de séparation le @. Ce signe était très peu utilisé jusque là.

Tomlinson a écrit le premier e-mail en 1971 sur un ordinateur qui se trouvait dans la même pièce que l’ordinateur destinataire. Les deux ordinateurs, qui étaient aussi gros que des armoires d’aujourd’hui, étaient reliés via Arpanet. Il a envoyé une série de messages test au contenu banal dans les deux sens. Tomlinson ne se rappelle plus du contenu exact. Probablement quelque chose comme «QWERTYUIOP», ce qui correspond à la série de lettres sur la ligne supérieure d’un clavier américain. Raymond Tomlinson a joué un rôle important dans le développement et la définition des premiers standards d’e-mail. Il a largement participé en tant que co-auteur à la conception du standard RFC-561 pour les formats de messages électroniques. En 2012, il a été intégré dans le Hall of Fame d’Internet. Raymond Tomlinson est décédé en 2016 à l’âge de 74 ans.

Puis le GTIN est arrivé
Le Global Trade Item Number, en abrégé GTIN, le numéro sous le code-barres n’est pas aussi connu que le signe «At» mais il a tout de même une importance énorme pour l’industrie et le commerce. Lui aussi est né en Amérique. Le 31 mars 1971, des représentants des plus grandes marques dans le secteur de produits alimentaires, du commerce de détail et des biens de consommation, dont Heinz, General Mills, Kroger et Bristol Meyer, décident qu’à l’avenir, les produits seront identifiés avec un numéro univoque. Ils ont développé ainsi le Global Trade Item Number. Cette décision a posé il y a 50 ans la première pierre de la numérisation dans le commerce mondial.

L’idée de l’identification des produits reste à ce jour géniale et révolutionnaire. Avant, l’achat de produits alimentaires était fastidieux. Pour la viande et la charcuterie il fallait aller chez le charcutier, pour le pain et les gâteau, on allait chez le boulanger et les autres produits alimentaires du quotidien se trouvaient à l’épicerie au coin de la rue. Les produits étaient pris, pesés, emballés et payés individuellement.

Migros a ouvert à Zurich en 1948 le premier magasin self-service d’Europe. L’idée derrière cela: on entre dans le magasin, on prend ce dont on a besoin sur les rayons et on paie à la caisse. Les petits achats arrivent dans le petit panier, pour les grosses courses, le caddie sera disponible à partir de 1958. Des étiquettes sur le produit renseignaient sur le prix de vente. À la caisse, le prix et le groupe de marchandises étaient ensuite saisis manuellement. Après le scepticisme initial, le modèle du self-service s’est répandu dans toute la Suisse. L’idée du supermarché vient également d’Amérique.

... et cela fait biip
Quelques années de plus se sont écoulées avant le célèbre biip à la caisse. En 1973, le symbole UPC (Uniform Product Code) a été choisi comme sup port du numéro d’identification et un an plus tard, en 1974, Sharon Buchanan devenait la première caissière à scanner un code-barres au supermarché Marsh à Troy, Ohio. Celui-ci était imprimé sur un paquet de 10 chewing-gums Juicy Fruit de Wrigley. Prix: 67 cents. Deux ans plus tard, les représentants de l’industrie européenne décidaient de propager le système américain et autorisaient ainsi l’utilisation du GTIN dans le monde entier.

Aujourd’hui, le paquet de chewinggums se trouve au National Museum of American History du Smithsonian Institution à Washington et il est présenté de manière visible pour le monde entier. «Imaginez qu’il n’y ait pas de codebarres », dit Miguel Lopera à propos de l’importance des traits noirs insignifiants. Lopera est président et directeur exécutif de GS1, une organisation neutre, mondiale à but non lucratif dont le siège se trouve à Bruxelles. GS1 a des organisations membres dans plus de 140 pays à travers le monde, avec GS1 Switzerland en Suisse. «Vous pouvez vous imaginer les queues aux caisses? Et du point de vue de l’entreprise prenez s’il vous plaît conscience de ceci: c’est seulement parce qu’un code-barres peut être lu dans chaque pays qu’il est possible pour un producteur en Inde de vendre son produit dans le monde entier.»

En Suisse, l’histoire du code-barres commence en 1976. À cette époque, l’association suisse du code article est créée sous le sigle SACV. Quatre ans plus tard, on y était également: le grossiste de marchandises à emporter Prodega Cash+Carry est la première entreprise à introduire le scannage de la totalité de sa gamme. Au début, largement plus de 90 % de tous les produits doivent être repérés à la main avec une étiquette de code-barres. 40 ans plus tard, on gagne du temps et de l’argent avec les caisses équipées de self-scanning.

De la magie pure
Les fondateurs avaient pensé que le GTIN pouvait aussi avoir des effets positifs au-delà du magasin de produits alimentaires, des entrepôts jusqu’au lit du malade. Ils étaient convaincus que la vitesse et l’efficacité des transactions et des processus augmenteraient et modifieraient tout, des chaînes d’approvisionnement jusqu’aux expériences des consommateurs. Ils se sont mis d’accord pour créer ensemble un système dont les entreprises et les consommateurs profiteraient de la même manière. «On a du mal à imaginer qu’il y a 50 ans, tout cela était encore de la magie», dit Sanjay Sarma, pionnier de l’EPC du Massachusetts Institute of Technology et président de l’Innovation Board de GS1.

La magie d’autrefois est devenue réalité. D’autres pièces du puzzle de la numérisation ont été posées avec le GTIN et les standards GS1. Ainsi les standards GS1 comme le code-barres contribuent aujourd’hui à ce que des affaires énormes et complexes soient traitées rapidement et simplifient tous les types de processus d’affaires. Dans le domaine de la santé, ils contribuent à la sécurité du patient et assistent le secteur dans la lutte contre les contrefaçons des médicaments et des produits médicaux.

Davantage d’informations, davantage d’innovation
«Le code-barres a marqué l’économie et a largement contribué à la simplification des processus économiques», dit Jörg Mathis, directeur exécutif de GS1 Switzerland. «Ce qui a débuté à la caisse du supermarché est aujourd’hui le principe de base du pilotage des flux de marchandises et d’informations à travers le monde.» Mais le développement est loin d’être terminé.

Étant donné que les consommateurs et les autres parties prenantes du marché réclament des informations relatives aux produits toujours plus nombreuses et meilleures, la génération suivante de codes-barres a été développée. Ainsi le GS1 DataMatrix et le code QR de GS1 contiennent beaucoup plus d’informations utilisables pour fournir au consommateur les informations qu’il souhaite. Le GTIN est aussi l’élément central des nouveaux codes-barres. Avec l’utilisation des standards GS1, les secteurs des biens de consommation, de la santé, du transport et de la logistique ainsi que des Industries techniques sont bien armés pour l’avenir, résume Mathis.

Joachim Heldt

Nach oben